Rechercher

15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 11:37

Bonjour,

Je transpose votre étude sur les A340 et A330. Enfin, les choses deviennent claires ! Enfin je sais le pourquoi des résultats catastrophiques de certains décollages, où je me retrouvais dans la “guimauve” avec un piège lymphatique qui ne cessait de dire ALPHA FLOOR !  Mais pourquoi passait-il en Alpha Floor ?  C’était floor de café, j’en perdais le peu de Latin que je n’avais jamais pu apprendre au Lycée, en Technique Industrielle, parce que nous n’avions pas Latin, en Technique,! Mais cela n’aurait pas changé grand chose, Surtout qu’après m’être ramassé, le décollage suivant était souvent parfait, sans avoir appris le Latin ! Enfin, grâce à vous, en prenant connaissance de la vue située en page 66, j’ai appris que la cause fatale était imputable au train d’atterrissage qui n’était pas rentré. Et pour cause, j’avais du oublié de le rentrer… C’est pourtant simple à rentrer un train d’atterrissage, Dieu faut-il être bête ! Malgré tout, j’ose me sentir un peu plus intelligent et surtout je ne laisserai jamais plus un train d’atterrissage pendre sous les ailes, promis juré craché, comme en maternelle.

Pour le reste, je reste fasciné par la logique des ingénieurs en informatique aéronautique, C’est fantastique d’avoir logé l’avion dans une bulle protectrice. Mais je me demande si ces gens là ont fait un peu de CAP 10B ?

Bon quoiqu’il en soit, il faut apprendre,  C’est une autre façon de raisonner, de piloter, et j’avoue que cela me va.  Il m’arrive souvent de couper le PA en approche, et l’utilisation du joystick en mode Fly-By ne me gêne pas du tout. Bien sur j’en ignore toutes les ficelles, mais le résultat reste encore convenable, posé pas cassé, que voulez-vous de plus, les passagers applaudissent !

Je vais relire et attendre la suite. Merci pour votre étude.

Bons vols à tous,

André G.

 

C’est toujours un plaisir d’avoir un retour, surtout aussi enthousiaste, sur un article pratique. Merci beaucoup à vous pour ce courrier qui me va droit au cœur. Le mode de fonctionnement de l’A320 est en effet déroutant pour les pilotes classiques, surtout expérimentés, mais il a aussi fait le succès de toute la gamme Airbus, alors que notre cher Cap10, lui, n’a pas la même audience ;)J’espère que la suite vous plaira également.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Rédaction Microsim - dans Courrier lecteurs
commenter cet article

commentaires