Rechercher

28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 11:45

 

couv248 Doit-on en parler ou pas ? Toutes les rédactions ont connu ce problème à un moment où à un autre. Ce peut être la publication de la photo d’un people peu à son avantage (et la période estivale n’a pas été chiche en la matière, à en croire les gros tirages de nos confrères spécialisés !) ; ou bien la mise en cause d’un haut responsable qui peut porter atteinte à la réputation du support en question ; la liste s’étend à l’infini et s’adapte à chaque magazine selon ses sujets de prédilection. Pour notre part, c’est le logiciel DCS World qui nous a posé un cas de conscience. Pas forcément dans le sens où on l’attendait : certains esprits pourraient penser que mettre en avant un avion du troisième Reich est suspect, mais ça n’est pas notre cas – d’autant qu’Eagle Dynamics a eu la bonne idée de ne pas le munir de ses emblèmes nazis. Ce sont l’avion et ses performances qui nous intéressent, pas son idéologie.

Le problème vient plutôt du contexte de ses extensions Flaming Cliffs 3 / Combined Arms / A-10C. Le champ de bataille virtuel est situé dans une région limitrophe de la Russie, où justement, depuis quelques mois, les passions et ressentiments se sont mués en opérations militaires. Le drame des populations civiles peut-il être traité dans un jeu vidéo ? Pour notre part, il a toujours été clair que la réponse à cette question précise est négative. On ne joue pas avec la guerre. En revanche on peut la comprendre, on peut en connaître le terrain et les forces des belligérants. La simulation permet de d’appréhender les systèmes d’armes utilisés, et de découvrir qu’entre des mains expertes et entraînées les équipements militaires correctement employés peuvent limiter les pertes des deux camps… Alors qu’au service de brutes elles deviennent capables des pires atrocités. Donc oui, nous parlons de DCS World et de la guerre virtuelle, oui nous en parlerons encore, mais sans jamais perdre de vue l’aspect terrifiant des conflits réels.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Rédaction Microsim - dans Editos
commenter cet article

commentaires

KobBoyz 11/09/2014 20:00


Bonjour,


Doit-on en parler ou pas ? Doit-on diffuser ou pas ?


Pour ma part, en quelques mots, je dirais simplement que la simulation est la reproduction de la réalité. Reproduire un avion de la Luftwaffe n'est pas un acte néo-nazi. C'est juste une
reproduction d'un avion historique. Il n'a pas à vocation à nous faire resentir l'âme d'un être ignoble.


Les appareils allemand étaient de très bons appareils, cela ne fait pas de moi un néo-nazi parce que je dis cela mais juste à dire une vérité.


Nous connaissons tous l'histoire et ne devons jamais l'oublié, oh grand Jamais.


En allant un peu plus loin. Doit-on interdire les jeux reproduisant des conflits mondiaux ou même ce présentant une fiction proche de la réalité ?


Dans ce cas, doit-on interdire toutes reproductions qui montreraient des images historique avec des symboles tels que cela, je pense aux livres, par exemple. Tout cela en disant :"oui mais
certains en voyant ces symboles pourraient..." Foutaise !!


Arrêtons de tout mélanger. Il n'y a pas besoin de ne pas reproduire pour que le mal n'existe pas.


Ce ne sont que des reproductions historique et rien d'autres !


En tout cas, bonne continuation dans votre magazine. Longue vie à MicroSimulateur que j'apprécie lire chaque mois.


Cordialement.

Rédaction Microsim 12/09/2014 10:15



Merci pour votre fidélité à Microsimulateur, merci également de relancer le débat proposé par notre rédacteur en chef Emmanuel Blanchard dans son éditorial. Côté simmers, le côté historique de ce
type de réalisations semble unanimement apprécié et ce sont surtout des personnes qui ne connaissent pas notre domaine qui sont très critiques à leur égard.