Rechercher

23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 07:43

Fidèle lecteur de Microsim, depuis le 1er numéro, j'ai été surpris par votre explication des manettes de mélange dans l'article "ne pas s'emmêler les manettes" du dernier numéro.
Il me semble en effet, qu'une erreur s'est glissée dans votre article.
Cette erreur concerne l'illustration de la technique d'appauvrissement que vous évoquez en figure 3, sur le Baron 58 à 10 000 ft la capture d'écran montre un moteur gauche "appauvri" et un moteur droit "plein riche». Cependant les Fuel Flow correspondant affichent des valeurs complètement abracadabrantes . Il est impossible (dans la réalité) qu'avec des paramètres identiques  (PA et RPM ) un moteur "appauvri" voit sa consommation supérieure à celle d'un  moteur "riche" . Peut être est ce là une limitation de FSX ? En tout cas elle engendre une grosse erreur d'interprétation des effets du contrôle du mélange.
Le Fuel Flow reflète le débit carburant réel, si vous tirez la manette rouge, alors la valeur de Fflow diminuera.
Je ne suis pas non plus entièrement en ligne avec la façon dont on doit utiliser les commandes de moteurs pour les régler "tip top». Il faut dire que les techniques de gestion du mélange sont de moins en moins enseignées, et le savoir faire se perd. En fait, très peu d'instructeurs comprennent et connaissent ce qui était jadis enseigné.
Bien évidemment, le manuel de vol d'un avion renseignera sur les paramètres à afficher ... ou à constater. Je m'explique :
Un avion XX dont le manuel de vol précise qu'à 10 000 ft, on doit afficher  24" de P/A pour 2300 RPM, consommera 24 Gal/hr, pour une TAS de 140 Kts .
L'idée reçue consiste à croire qu'il suffit de coller ces chiffres dans les cadrans pour avoir le résultat escompté ... C'est faux.
La technique idéal consiste à afficher initialement 24# et 2400 RPM. Ensuite de quoi, on entame le processus d'appauvrissement. Mais l'objectif n'est pas d'afficher un Fuel Flow, mais de déterminer le pic EGT. C'est la seule source fiable pour trouver le point optimal de mélange Air/Essence. Une fois ce pic déterminé, on peut choisir deux approches de réglage :
ROP (Rich of Peak) qui consiste à réenrichir pour faire baisser l'EGT
LOP (Lean of Peak  ) qui consiste à réappauvrir un peu plus pour faire baisser l'EGT
L'avantage du LOP, c'est qu'on crame toute l'essence, l'oxygène étant gratuit et à volonté, c'est probablement le meilleur rendement qu'on puisse tirer de chaque goutte d'essence . Elle a un deuxième avantage , c'est qu'une fois les paramètres stabilisés, on aura, à coup sûr, les chiffres exacts annoncés dans le manuel de vol  : Fflow et TAS .
J'ai commencé ma carrière pro sur un bimoteur à pistons, qu'on emmenait aux limites de son rayon d'action . Chaque goutte comptait. Et si j'ai réussi à voler si loin, c'est en utilisant la méthode LOP, technique familière des mécanos navigants des DC4 et autres Constellation . Le net est riche de sujets anglo-saxons traitant de ces méthodes.
Quelle que soit celle qu'on privilégie, j'insiste sur le fait, que la fig 3 de votre article n'illustre en rien le monde réel  ;)
En toute amitié
Nicolas Livory

 

Merci tout d'abord de votre fidélité à notre magazine, et de votre intérêt pour nos articles - quand bien même ils contiendraient quelques erreurs, comme vous les pointez dans votre message !
N'ayez crainte, ce genre de courrier fait toujours avancer les choses. L'article "Ne pas s'emmêler les manettes" est avant tout conçu pour les grands débutants en simulation. Je parle de ceux qui sont intimidés par un cockpit qui ne ressemble en rien à l'habitacle d'une voiture et qui se demandent à quoi peuvent bien servir les trois manettes colorées. Il a donc fallu faire quelques simplifications, d'autant - et c'est ce qui est le plus important ici - que le contenu de cet article de découverte ne s'adresse absolument pas à des pilotes réels, et ne saurait en aucun cas remplacer des leçons auprès d'un professionnel.
Alors effectivement, Flight Simulator X (qui nous a servi pour les captures, mais on rencontre les mêmes défauts chez son prédécesseur) gère l'affichage du débit de carburant de manière plutôt fantaisiste, surtout pour les appareils par défaut. Certains add-ons tiers (je pense aux créations Carenado ou au B377 d'A2A simulation) sont plus réalistes en ce domaine. En revanche X-Plane est plus pertinent, mais il ne s'adresse pas aux grands débutants (et ne concerne qu'une petite partie de nos lecteurs, d'où notre choix de FS X pour illustrer).
Il est logique effectivement qu'en appauvrissant le mélange, le débit baisse... En fait, nous aurions dû souligner cette incohérence d'affichage, alors que FS X gère correctement les moteurs (qui ne fonctionnent plus aussi bien lorsque le mélange n'est pas optimisé). Mais nous n'avons pas voulu induire les lecteurs en errer, ni les assommer de recommandations techniques. L'idée principale, dont qui n'a sans doute pas été assez mise en avant, est que le plus néophyte des simmers doit pouvoir jongler avec ses manettes dans son simulateur, quand bien même le résultat ne serait pas conforme à la réalité des faits. Ce qui explique aussi nos recommandations de réglage à l'estime, en se basant sur ce qu'affiche la cadran du débit, ou en faisant confiance aux indications des manuels (valeurs absentes pour les appareils par défaut).
J'ajoute humblement que je n'ai aucune expérience en matière de vol réel ; j'ai néanmoins fait valider le contenu (pas les images malheureusement) par notre spécialiste maison Véronique Reynier, instructeur en aéroclub, qui connaît aussi très bien les simulateurs grand public (comme vous pouvez le constater dans tous nos numéros). Encore une fois, nous nous adressions dans ces pages à des personnes découvrant le vol sur ordinateur et n'ayant pas forcément des velléités de franchir le pas vers le vol réel - nous mettons régulièrement en garde nos lecteurs qui tendraient à confondre les deux mondes.
Avec votre accord, je ferai figurer votre message initial - et ma réponse présente - dans notre courrier des lecteurs du numéro de mai. Vos remarques peuvent ainsi faire comprendre une fois de plus que simulation, si poussée soit-elle, n'est pas réalité !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Rédaction Microsim - dans Courrier lecteurs
commenter cet article

commentaires