Rechercher

1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 07:42

Tout d’abord un grand merci pour tous vos articles pratiques sur lesquels je « saute » chaque mois. C’est justement une question pratique qui m’amène, du fait d’une expérience qui m’a surpris. J’ai passé les commandes de mon Cessna virtuel à un ami pilote privé pour lui faire découvrir la simulation. Il vole régulièrement sur 152, 172 et 182 en aéroclub et s’est senti immédiatement à l’aise, même si le fait de tourner le joystick pour utiliser les palonniers lui paraissait un peu bizarre. Mais il s’y est vite fait, et a voulu poser l’avion. Son approche était parfaite, il arrive au dessus de la piste, réduit tout et commence son arrondi. Au début tout va bien, mais quand il veut terminer en refusant le sol pour obtenir l’atterrissage le plus doux possible (le « kiss »), le Cessna repart, alors même qu’il n’a plus assez de vitesse pour voler. D’ordinaire, la méthode est de remettre un peu de gaz en verrouillant l’assiette pour adoucir le rebond, m’explique-t-il, c’est donc ce qu’il fait, et cela augmente le phénomène. La seule méthode qui marche dans FS est de piquer vers la piste, mais selon ses dires, dans la réalité, cela ferait se poser l’avion sur la roulette de nez et pourrait l’endommager, au mieux provoquer un « effet brouette » le rendant incontrôlable au sol. Nous avons fait plusieurs tentatives, avec plusieurs appareils, et le problème était toujours là. Vu son expérience, je ne pense pas que ce soit dû à son pilotage, il me dit que FS ne reproduit pas correctement le comportement de l’avion à l’atterrissage, mais se demande aussi si les repères visuels ne sont pas perturbants et s’il effectue correctement sa manœuvre.  Avez-vous une idée sur ce phénomène ? Je précise que les réglages du pilotage étaient dans le mode le plus réaliste possible et que nous n’avons utilisé que des monomoteurs.

Amitiés aéronautiques.

Bernard

 

Vous n’êtes pas le premier à expérimenter ce (petit) défaut dans la gestion des atterrissages par FS et c’est une remarque qui revient souvent lorsqu’un pilote réel prend les commandes. On peut rapprocher ce comportement de celui qui fait qu’il est impossible dans le simulateur de poser 3 points un train classique. L’explication que j’ai trouvée – mais les lecteurs auront peut-être d’autres pistes – est que la technique d’atterrissage enseignée aux USA, mais aussi dans de nombreux autres pays dans le monde, est très différente de la notre. Les trains classiques se posent sur le train principal (2 points) et on n’y cherche pas le kiss avec refus du sol en cabrant beaucoup comme chez nous, on amène simplement l’avion avec une assiette positive à la bonne vitesse jusqu’à l’impact. De ce fait, il est probable que les comportements implémentés dans le simulateur pour l’atterrissage s’inspirent de cette méthode et non de la nôtre.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Rédaction Microsim - dans Courrier lecteurs
commenter cet article

commentaires